Vous ne devriez pas pouvoir lire ceci. Problème de débit, de navigateur, de mise à jour...?



PLANQUÉE


Planquée, dans le sous-sol de vos rétroviseurs

Se dessine le paysage d’une silhouette enflammée.

Enflammez vos ailes Hommes de ma vie

Enflammez des ailes ! Enflammez vos ailes !

Danser sur l’écran blanc de mes nuits noires, danser.

Des rames de métro foulent mes arrières et moi toujours devant

Planquée dans le sous-sol de vos rétroviseurs

Les warning branchés tous feux avant

Orpheline, tête à coeur, coeur en tête à tête, orpheline

Des cheveux blancs en dessous de la brune planqués

Des cheveaux blancs dans la brume flanqués à tout allure.

Griller des cigarettes dans des draps improbables : les morsures du temps

Un anneau à l’annulaire gauche épousailler la vie

Un anneau à l’annulaire droit épousailler sa vie

Planquée, dans le sous sol de vos rétroviseurs

Enflammer les ailes des Hommes de ma vie

Danser sur l’écran blanc de mes nuits noires

Des rames et des rames de métro foulent

Et moi toujours devant les warning branchés

La soif dans tout le corps, la foi dans tous les corps

On pourrait se dire : j’ai fait l’amour à des étoiles debout sur le ballast de la voie lactée

On pourrait se dire : j’ai fait l’amour à des étoiles, branché sur le secteur d’une voix timbrée

On pourrait se dire : j’ai fait l’amour à des étoiles, l’amour…

J’ai cru que j’étais d’ailleurs et me voici de votre galaxie !

Tatouée d’aurifère au liner j’ai cru que j’étais d’ailleurs

D’ailleurs, j’ai cru que j’étais, d’ailleurs

On pourrait se dire : planquée dans le sous-sol de nos rétroviseurs, enflammons nos ailes

Les warning branchés tous feux avant

Des rames de métro foulent nos arrières, les morsures du temps

J’ai cru que j’étais d’ailleurs, d’ailleurs j’ai cru que j’étais ailleurs !

On pourrait se dire : les miroirs se brisent

On pourrait s’écrire, se dire… M