Vous ne devriez pas pouvoir lire ceci. Problème de débit, de navigateur, de mise à jour...?



BANCO


Il fait presque des rêves inutiles, nous aurons beau tout nous dire, il gèle.

La feuille, elle accouche d’encre mon corps bleu.

La feuille elle couvre d’encre mon coeur bleu.

Une dernière poésie sur les dunes de ton monde, une dernière poésie.

Sur les dunes de ton monde une dernière poésie.

J’ai, sur les dunes de ton  monde, j’ai marché, j’ai parlé

J’ai appris, désappris, réappris, j’ai franchi, affranchi-e

J’ai rêvé éveillée, ri à en pleurer, chanté ma liberté

J’ai, tu as, nous avons, vous avez, sur les dunes de nos mondes, remplacé avoir par être

Être annule avoir, être . a . nul . à . voir

J’ai, tu as, nous avons, vous avez :

Renversé les rêves, traversé les rêves, inversé les rêves, brisé le verre, à la bon’heure

La feuille, elle accouche d’encre mon corps bleu, la feuille elle couvre d’encre mon coeur bleu

Et je me dis : peut-être est-ce seulement l’amour qui ne m’aime pas, l’amour qui n’existe pas.

L’amour qui ne sème pas, l’amour qui n’existe pas.

Une dernière poésie sur les dunes de ton monde, une dernière poésie.

Sur les dunes de mon corps, une dernière poésie.

Sur le grain noir de peau, une dernière poésie.

Je suis contre ! Je suis contre l’amour dans le mur, je suis contre !

Je suis pour ! Je suis pour l’amour au pied du mur, je suis pour !

L’amour au pied du mur je suis. Pour quand il est tout contre, l’amour au pied du mur.

Pour quand il est tout contre, tout contre je suis.

J’suis morte de trouille à 4 pattes dans tes citrouilles.

J’suis chrysalide, sauvageonne, ratonne des villes et des champs,

J’suis morte de trouille à 4 pattes dans tes citrouilles.

Tu es, nous sommes, vous êtes. Tu es, en somme, vous êtes :

Une dernière poésie sur les dunes de nos mondes, une dernière poésie.

Sur les dunes de nos corps une dernière poésie.

Sur le grain blanc et noir de peau une dernière poésie.

La feuille elle accouche d’encre mon corps bleu. La feuille elle couvre d’encre mon coeur bleu.

Et je me dis : peut-être est-ce seulement l’amour qui ne m’aime pas, l’amour qui n’existe pas.

L’amour qui ne sème pas, l’amour qui n’existe pas.

Une dernière poésie sur les dunes de ton monde, une dernière poésie.

Sur les dunes de ton monde une dernière poésie.

On the dunes of the world a last poetry