Enfant précoce, Râjel est née sous une bonne étoile avec une voix et le sens de la musique. Passionnée par l'écriture dès son plus jeune âge, le maniement de la langue française est plus qu'un jeu et elle s'y consacre sans compter. Repérée sur différentes scènes qu'elle ne manque pas car : "quand je serai grande je serai une grande chanteuse du monde!" peut-on l'entendre répondre dès l'âge de deux ans, à quiconque lui pose la question. Son père un passionné de l'enregistrement lui passe son premier micro et la juche sur la table à manger, sa première scène; invite les voisins et les ami-es comme premier public. D'une famille nomade dans l'âme et souvent sur les routes, Râjel est élevée à l'école de la différence, étrangère lui va comme un gant, elle aime toucher d'autres sols. Dans les années 70 cette France-là cultive un absolu régionalisme
- Parfois, confie t-elle, extrémistes et méchants! venir d'ailleurs et on ne sait pas bien d'où, 
reste suspect, non ? Parfois, très gentils! car venir d'ailleurs invite à la curiosité.
Mais la fratrie est solide et sur les sept enfants né-es de ces deux parents aventuriers et fantasques, cinq d'entres eux-elles, exercent encore à ce jour, une activité artistique. Pour elle, ce sera sa raison d'être et de vivre. Hors normes et inadaptée au système scolaire, elle quitte les études à 16 ans avec un : enfin! (… elle y reviendra plus tard peut-être, d'une manière différente c'est sûr. C'est ce quelle fit avec une équivalence, d'un DUG psycho-sociaux, acquise) et s'en va à l'école de la vie où elle apprend tout d'elle et du monde. - Fait très important, souligne t-elle, je n'ai jamais lâché la lecture. Durant son adolescence accompagnée de sa guitare, elle chante ses premiers textes. Apparaissent une écriture et une voix singulières. Le stylo dans le prolongement de ses doigts, elle n'a de cesse d'écrire et de composer rythmes et mélodies. Ainsi, pendant toute cette période, elle participe à plusieurs concerts et festivals, défendant pour la plupart, des causes justes. On l'a vue au côté de nombreux artistes tels que :
Bernard Lubat et Chris Mac Grégor, Eddie Louis, Do Harson, Ernesto Tito Puentes 
et depuis quelques années, Dick Annegarn, des membres du groupe Zebda, etc.


Mes pas vont où la création me guide.

Dès l'âge de 13 ans et par essence, elle fait ses vrais débuts dans le milieu du rock : elle y reconnaît son énergie ! Puis, pendant plusieurs années, elle s'exerce dans diverses formations et toujours sur scène : Blues, Soul, Jazz, Latino, musiques Traditionnelles, Electro, parachèveront son autodidactie et sa soif de connaissance en sillonnant l'Europe. Par amour, passion pour la voix et la musique, elle fait des rencontres extraordinaires, participe à divers enregistrements, et aussi compils. Tel un chef d'orchestre, elle expérimente tout ! Ecriture, composition musicale, scénographie, mise en scène. Pour cette "intarissable", spectacles musicaux, concerts rock-poétiques, créations originales n'ont de cesse.

*

Aventurière au leitmotiv: exister est un fait, vivre est un art ! Elle rencontre une équipe de comédiens, suit trois ans de cours d'art dramatique et sera au théâtre, pendant plusieurs saisons, des personnages mythiques. Elle y saisit la subtile différence entre incarnation et interprétation : être ce que je dis et non pas, le paraître. Ce qui lui vaudra plus tard reconnaissance et popularité dans le monde du slam et créations parallèles - de celles qui s'obstinent à distinguer le spectacle vivant et dont elle est ! - Au sein de la Cie de Théâtre elle occupe tour à tour les fonctionnalités de Chargée de diffusion, chargée de com, régisseur général et régisseur de tournée. Egalement, elle passe devant la caméra en tant qu'actrice, dans divers cours métrages et documentaires, essais d'étude et fin d'étude, clips,…


L'écrit à dire. 

En 1999 elle installe une scène ouverte slam dans un pub d'une petite ville du Lot et Garonne,  où elle séjourne. Le rendez-vous mensuel : jeu.di libre, prend très vite des allures de jamais vu ! En effet, les gens font parfois 200 kms ! Râjel, défendresse de la création, propose au public de devenir spectACteur-euse, et ça marche ! La poésie politico-poli-éthique s'engage dans ce coin reculé du territoire. Ces jeu.di libre soulèvent l'engouement. Le public attend le rdv...
Parallèllement, et d'avoir tant découvert sur cet instrument qu'est la voix, elle forme un atelier de chant, chansons, musique vocale, improvisation, à la demande de ses participant-es.

*

Dans le même temps, la performeuse se met en place et une tournée a capela s'impose à elle.     Il y a belle lurette qu'elle a laissé tomber la guitare. La tournée rencontre succès, le public découvrant le genre. Râjel laboure la page sans concession. Travaille avec un soin tout particulier son écriture: l'écrit à dire, un travail incessant, briguant toujours plus d'autonomie. Avec un stylo, du papier et son corps abritant cette voix quelle peaufine telle une dentelière. Vivant au gré de ses rencontres artistiques et où le vent la pousse;  nul point fixe, elle ne s’embarrasse pas, sa poésie de combat et sa voix pour seul bagage comme en témoigne les vidéos sur son site.


Râjel tombe amoureuse de Toulouse et Toulouse le lui rend bien !

Elle débarque-embarque Toulouse 2003. Cette artiste venue d'un autre ailleurs, un soir pousse la porte du Clandé. Igor, Slam-master de la scène Slam Toulousaine, à l'écoute et prestance de cette poète, l'y nomme : Grande Prêtresse du Slam. G.P.S ! Dès lors, l'artiste ne se consacre plus qu'aux mots, uniquement les mots, avec sa voix, un instrument précieux, son instrument qu'elle manie avec tant de sincérité. Elle parfait son outil qu'elle nomme le chanté-parlé,
 
- Je chante-parle, c'est mon genre, ma discipline !
Ainsi, Cécile Nougaro lui murmure un soir d'hiver 2011 quelle est une motsicienne... après une de ses prestations d'un Libre dire, à l'occasion de la présentation de la future Maison Nougaro, au Bazacle de Toulouse. Libre dire sur le parvis convie les spectacteur-euses à prendre possession de l'espace scénique. L'on y chante, l'on y musique, l'on y créé dans divers lieux, à diverses occasions militantes, dès 2009 avec Marc Oriol dit Mao, musicien-jouteur Toulousain !
*
Depuis 2007, année où elle pose réellement ses valises dans la ville rose, elle a proposé plusieurs scènes ouvertes sous le sigle slam. Il y a eu : la chapelle: une saison. Le bar à vin el camino: deux saisons. Le café culturel le cherche ardeur: deux saisons. Actuellement et pour la troisième saison, c'est au café populaire de la rue Arnaud Bernard,  maison blanche, qu'on la retrouve master, tous les 2ème jeudi du mois, dans ce qu'elle nomme, Fusion libre, avec tous les diseurs-diseuses et musicien-nes qui ont envie de partager la scène. Une nouvelle fois, le talent et la réusite sont là: Ce rdv a de la renommée, on y voit des poètes d'un soir ou de tous les soirs venir des 4 coins de l'hexagone, et pas que, se donnant le mot. Les musicien-es idem !
- Moi, l'autodidacte ambidextre, me suis fait un devoir vis à vis de la musique et de la poésie. Elles m'ont tant donné et me donnent tant encore...  Sans elles ma vie serait inutile. Et c'est pour cela que je présente tous les poètes et musicien-es au grand public.


Elle collabore à plusieurs créations

Quelques faits marquants:

En 2011 elle reçoit le soutien et l'aide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles
de Midi Pyrénées, au titre de Illustration de la langue française.
Ainsi, elle édite un CD de 12 oeuvres originales: RAJEL 2011.                                                     C'est avec le sensible pianiste compositeur Cyril Gourvat que sera réalisé l'album,
ils tournent ensemble depuis 2009. L'album est édité par un label indépendant ASD.PROD,
en écoute et vendu sur son site et à la fin de ses concerts.
*

Françoise Degeorges productrice de l'émission Couleur du monde à France musique, 

lui consacre un bon pan de son émission à l'occasion de la sortie de l'album.

*

Avec Luc Baron – vocaliste de renom, elle fait une série de concerts en 2011.

La rencontre de deux chants, ces deux-là n'ont pas fini d'en découdre...
l'intitulé du spectacle : "ya des gens qui nous laissent des traces..."

*

Depuis 2012, sur scène le plus souvent avec Eric Willoth, un musicien créateur exceptionnel jouant de la Contrebasse. Le duo fait des pirouettes poétiques et musicales.
Elle trouve là et à sa juste mesure, de quoi servir son expression.
De par la configuration, Eric Willoth de son côté exprime tout son univers.
Tels deux oiseaux en symbiose, ces deux performeurs se hissent ensemble à chacun
de leurs concerts pour le plus grand plaisir des publics.

*

Il y a La tournée du Samovar avec l'auteur du livre le Samovar Nicolas Rouillé,

et la comédienne Nathalie Pagnac, elle y va de son slam acapela pendant que le duo fait une lecture bande-annonce du bouquin. Tournée dans les bibliothèques indépendantes, collèges, lycées, salons du livre, maisons d'arrêt.

*

Il y a Guillaume Toen dit VAL compositeur-chanteur qui lui demande pour son futur album d'y participer avec sa voix et le texte de son choix, ce sera : Dilater le temps.

*

Depuis 2007 des rdv réguliers avec le Takticollectif de Toulouse ont lieu.

Tour à tour sur les scènes du Zénith, Pas de quartier pour les inégalités.

Le Festival Origines Contrôlées à la Halle aux grains, La Mounède.

En soutien aux Enfants de Don Quichotte : Le Bijou.

En soutien aux Faucheurs Volontaires : Le Havana Café.

Et Théâtre des Mazades pour la sortie de l'album - compil SLAM.DOC

*

Depuis 2010 elle participe au Festival National Itinérant : Les nuits du slam

au côté de LA REPARTI – collectif Enterré Sous X - produit par Tactikollectif.

*

Elle reçoit plusieurs invitations et le soutien de Joël Saurin bassiste de Zebda qui inscrit l'artiste au catalogue jmpro. En juillet/août 2012 en tant que programmateur de Pause musicale et Toulouse Plage, il lui confie pour la ville de Toulouse, la réalisation d'un rendez-vous hebdomadaire. Elle met en place un concept autour des mots : les mots libres,
elle programme au Bazacle, des poètes Toulousains venus de divers horizons.
Le rdv crée l'engouement, encore une fois le public la suit.

*

On l'a vu au côté de Babelchap, collectif de Castres, sur diverses scènes du Tarn.

*

Au festival Alors chante à Montauban, lors du café slam, invitée à plusieurs reprises
par Eric Cartier membre du groupe Vibrion, également Pause guitare à Albi,
café slam toujours par le même Eric Cartier.

*

Depuis 2 ans, on la retrouve au côté de Dick Annegarn et les amis du verbe,
les Jeudis Jour de Joutes de mai en septembre au capitole de Toulouse; Avec Dick Annegarn
c'est plusieurs rdv dans l'année. L'artiste intervient en milieu scolaire et grand public
sur différentes formes de concerts. D'autres collègues sont de la partie, pour les plus connus:
Djé Baletti, Lou Dàvi, Mao, Pierre Soletti, Capitaine Slam...

Oui, Râjel s'est taillée une sérieuse réputation !

*

Printemps 2013 avec ses ami-es d'asso-slam il y a l'organisation et la mise en place d'une grande fête au Connexion Café à Toulouse des 10 ans du slam Toulousain avec la participation de slameur-euses venu-es de partout !

*

Invitée à parler de son art, conviée par des associations lors de colloques pour disséquer des conférences afin de les restituer en poésie sonore;

Sollicitée pour conduire des master-class où elle transmet son outil,

son développement et sa technique, elle reçoit des agréments:

Direction Régionale des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées

Médiathèque départementale de la Haute Garonne

Service animation culturelle de la ville de Toulouse, École Des Droits de l'Homme

Egalement : Clubs de prévention – Associations - Lycées – Collèges divers et variés

*

En préambule à tous ses Concerts, Râjel souhaite la mise en place d'une master-class

et ouvre son micro "open mic" en début de soirée, se transforme en "slam-master"  
pour l'occasion
, car elle met un point d'honneur à présenter les poètes et musicien-es,
ou toutes autres formes s'accordant à cette poétique urbaine devenue rurbaine.
A ses côtés des grapheur-euses, danseur-euses etc.   - Tout reste toujours à inventer, dit-elle !